Les fractures du chien

Une fracture est une rupture dans la continuité d’un os. Tous les chiens sont exposés à un risque d’accident et donc de fracture mais les chiens peu obéissants ou très peureux, les jeunes chiens fougueux ou encore les chiens fugueurs le seront tout particulièrement.

 

Causes

Les causes les plus fréquentes de fractures sont les accidents : collision avec une voiture ou un vélo, bagarre avec un autre animal, chute d’une fenêtre ou d’un balcon… Pour certains petits chiens, le choc suite à une chute des bras du propriétaire ou d’un canapé peut suffire à provoquer une fracture. 

D’autres causes peuvent également être responsables de fracture : il peut arriver qu’un os fragilisé par une pathologie comme, par exemple, une tumeur osseuse, se brise même sans qu’il y ait eu d’accident.

Symptômes

Le plus souvent, une fracture est source de douleur. N’essayez d’ailleurs pas d’y toucher car les réactions de douleur intense peuvent engendrer de l’agressivité réflexe et vous risqueriez de vous faire mordre.

Le chien va présenter des symptômes en rapport avec la localisation de la fracture :

  • Boiterie voire suppression d’appui lors de fracture au niveau des pattes,
  • Difficultés à manger en cas de fracture au niveau de la face,
  • Difficultés respiratoires en cas de fractures des côtes,
  • Dos voussé voire symptômes de paralysie lors d’atteinte des vertèbres.
  • Une tuméfaction, signe du traumatisme, est le plus souvent visible : la zone est enflée, prend une couleur violacée… Attention toutefois, ces symptômes ne sont pas systématiques.
  • Il arrive que l’extrémité ou les extrémités de l’os brisé déchirent les muscles et la peau en regard de la lésion osseuse. L’os peut alors faire saillie vers l’extérieur. On parle dans ce cas de « fracture ouverte« .
  • Lors de lésions internes associées aux fractures, l’animal peut présenter un état de choc : il est incapable de réagir, le bout de ses pattes est froid, ses muqueuses sont pâles et sa respiration accélérée. Cet état constitue une urgence absolue et il vous faut alors contacter votre vétérinaire au plus vite.

Le moindre des signes cités précédemment doit, dans tous les cas, vous alerter et vous amener à contacter votre vétérinaire sans attendre. Il pourra alors évaluer la situation, établir un diagnostic et mettre en place un traitement approprié.

Diagnostic

Face à des symptômes évocateurs de fracture, le vétérinaire va commencer par réaliser un examen clinique pour confirmer ou non son hypothèse. Les symptômes décrits précédemment ne sont, en effet, pas caractéristiques d’une fracture et peuvent être liés à bien d’autres pathologies.

Pour confirmer le diagnostic, des radiographies de la partie concernée sont nécessaires. Elles sont généralement réalisées sous plusieurs angles de vue, ce qui permet, non seulement, de vérifier s’il y a bien une fracture ou non, mais également de voir comment l’os est fracturé et comment sont placés les abouts osseux. Le traitement dépendra, en effet, du type de fracture observée.

Par ailleurs, si votre chien a été victime d’un traumatisme, le vétérinaire pourra être amené à réaliser divers examens tels que d’autres radiographies, un bilan sanguin ou une échographie pour vérifier qu’aucune autre lésion n’est présente. Certaines lésions internes peuvent s’avérer beaucoup plus graves et donc plus urgentes à traiter que la fracture en elle-même.

Traitement et pronostic

En cas d’accident, le pronostic dépend bien entendu de l’état général du chien. Si le traumatisme était important et que le chien est en état de choc, les premières 48 heures sont souvent déterminantes. Dans ce cas, le vétérinaire veille, en tout premier lieu, à stabiliser l’état général du chien. Il peut ensuite envisager de soigner la fracture proprement dite. En effet, un chien dont l’état général n’est pas stable et dont le pronostic vital pourrait être engagé ne peut pas subir immédiatement l’intervention nécessaire pour traiter sa fracture. Cette phase de stabilisation peut nécessiter une hospitalisation à la clinique vétérinaire. Le traitement de la fracture peut ensuite être envisagé.

Ce traitement dépend du type de fracture observé. Il existe des fractures incomplètes (l’os n’est que partiellement cassé et on parle de fissure), des fractures complètes (l’os est cassé en deux fragments) avec ou sans déplacement, des fractures complexes (la fracture est composée de plusieurs fragments, les fragments osseux sont déplacés ou la fracture est localisée à un mauvais emplacement) et des fractures ouvertes que nous avons évoquées précédemment.

Le principe général, pour qu’un os puisse cicatriser, est de redonner autant que possible aux morceaux d’os leur position initiale et de les immobiliser dans cette position.
Cette immobilisation est réalisée par des procédés différents en fonction du type et de la localisation de la fracture. Dans certains cas, une simple immobilisation par un pansement renforcé et/ou une attelle est possible, notamment si la fracture n’est pas déplacée. Mais d’autres types de fractures vont nécessiter un traitement chirurgical avec mise en place d’un matériel qui va permettre de replacer correctement les os puis de les maintenir en place. Il peut s’agir de broches, de plaques, de vis, de clous ou encore de fixateurs externes. Votre vétérinaire sera le plus à même de choisir le meilleur mode de traitement en fonction de la fracture.

Des radiographies de contrôle sont réalisées au fil du temps pour suivre l’évolution de la cicatrisation osseuse.

Dans de rares cas, une amputation peut être préconisée, notamment pour certaines fractures complexes des doigts ou des pattes qui risquent de ne pas cicatriser correctement. Cela peut également être le cas pour certaines fractures de la queue qui sont pratiquement impossibles à immobiliser et peuvent être très douloureuses.

Un traitement médicamenteux associé au traitement de la fracture est généralement prescrit : anti inflammatoires, antalgiques, antibiotiques éventuellement.

§

Fort heureusement, la plupart des fractures peuvent cicatriser tout à fait correctement et les chiens sont même quelquefois surprenants dans leur capacité de récupération ! Par contre, un traitement adapté est indispensable à une bonne cicatrisation et va réduire au maximum le risque de séquelles. Consultez donc votre vétérinaire au moindre doute (toute fracture n’est pas forcément associée à une forte douleur…), et, si une fracture est diagnostiquée, discutez avec lui des options de traitement envisageables. 

Auteur : Dr. Hélène Blondel. Illustratrice : Dr. Caroline Allard – Vetup®

 

Inscription à la Newsletter

* Champ requis