Les maladies cardiaques chez le chien

Tout comme les humains, les chiens ne sont pas épargnés par les problèmes cardiaques. Ces problèmes apparaissent, le plus souvent, avec l’âge : en vieillissant, le cœur peut, en effet, se fatiguer et ne plus remplir correctement son rôle. Cependant, certaines pathologies cardiaques peuvent être présentes dès le plus jeune âge.Voici quelques informations sur le fonctionnement du cœur, les principales affections cardiaques pouvant apparaître chez le chien et les signes qui doivent vous alerter.

Un peu de physiologie…

Le cœur est un muscle dont le rôle est d’envoyer le sang vers les organes afin de leur distribuer oxygène et nutriments. La fréquence cardiaque est comprise entre 70 et 180 battements par minute chez le chien adulte en fonction de sa taille. Elle peut aller jusqu’à 220 battements par minute chez les chiots.

Le cœur est divisé en deux parties : le cœur droit et le cœur gauche. Chacune de ces moitiés est elle-même divisée en deux cavités, une oreillette et un ventricule.

Le cœur gauche reçoit le sang chargé en oxygène qui vient de passer dans les poumons et l’envoie dans tout l’organisme.
Le cœur droit, lui, reçoit le sang chargé en dioxyde de carbone qui vient de l’organisme et l’envoie dans les poumons pour qu’il se recharge en oxygène.
Le sang oxygéné revient ensuite au cœur gauche, et ainsi de suite.

Le travail du cœur est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme et un défaut dans ce travail peut avoir des conséquences plus ou moins graves.

Schéma montrant la circulation du sang dans le cœur

 

Symptômes de l’insuffisance cardiaque

On parle d’insuffisance cardiaque lorsque le cœur ne remplit plus correctement son rôle et que cette anomalie a des répercussions sur la santé du chien.

Selon l’origine de l’insuffisance cardiaque, les symptômes observés peuvent être :

  • Un essoufflement et une fatigabilité à l’effort.
  • Une toux, le plus souvent sèche et sous forme de quintes.
  • Un amaigrissement
  • Une respiration irrégulière

Si votre chien présente l’une ou l’autre de ces anomalies, prenez sans tarder contact avec votre vétérinaire pour lui décrire les troubles que vous avez remarqués chez votre animal.

L’observation de certains symptômes peut signer la présence d’une insuffisance cardiaque grave. Ils doivent vous alerter et vous faire rendre de toute urgence chez votre vétérinaire

Il peut s’agir :

  • De la survenue de syncopes, de malaises,
  • De la présence d’un épanchement abdominal appelé ascite : une accumulation de liquide est présente dans l’abdomen de l’animal et son ventre est plus gonflé que d’habitude
  • De l’apparition d’une toux quinteuse, persistante
  • De la mise en évidence d’une détresse respiratoire : le chien semble vraiment présenter de grandes difficultés à s’oxygéner, sa respiration est sifflante, sa gueule ouverte, son cou tendu, les mouvements respiratoires de son thorax et de son abdomen ne sont plus simultanés (on parle de discordance), ses muqueuses (gencives, babines, langue…) prennent une coloration bleue (symptôme appelé cyanose) . Ces signes révèlent la présence d’un Œdème Aigu du Poumon (OAP), stade ultime de l’évolution d’une insuffisance cardiaque et urgence absolue !!!

Les différentes pathologies cardiaques chez le chien

Différentes affections cardiaques existent et vont se différencier par la partie du cœur qui est concernée. Il est possible de distinguer notamment :

Les dégénérescences des valvules cardiaques

les valvules sont des membranes qui séparent l’oreillette et le ventricule et assurent l’étanchéité de ces cavités lors de la contraction du muscle cardiaque. Lorsque les valvules fonctionnent mal, une partie du sang peut remonter du ventricule vers l’oreillette ce qui va à l’encontre du sens de circulation normal et complique le travail du cœur. La dégénérescence valvulaire est due à l’âge. Elle apparaît donc principalement chez les chiens vieillissants.
La valvule du cœur gauche est la valvule mitrale. Lorsque cette valvule est atteinte, on parle d’insuffisance mitrale. Il s’agit de la maladie cardiaque la plus fréquente chez les chiens, représentant 75 à 80% des cas. Elle est notamment fréquente chez les chiens de petite taille.
La valvule du cœur droit est la valvule tricuspide. Lorsque cette valvule est atteinte, on parle d’insuffisance tricuspide.

Les cardiomyopathies

La cardiomyopathie est une affection du myocarde (ou muscle cardiaque) qui peut avoir diverses origines. Dans cette affection, le muscle cardiaque est généralement beaucoup plus mince que la normale, ne se contracte plus correctement et ne peut alors plus jouer son rôle efficacement. Les cavités sont très dilatées et le volume du cœur est généralement nettement augmenté. On parle également de cardiomyopathie dilatée. Cette maladie est plus fréquente chez les chiens de grande taille, avec des prédispositions raciales, par exemple, chez le Doberman, le Boxer, le Dogue allemand ou encore le Terre-Neuve.

Les malformations congénitales

Même si cela est plus rare, les chiots peuvent être victimes de malformations de naissance ou cardiopathies congénitales.

Ces malformations peuvent toucher :

Les valvules : les malformations peuvent alors concerner la valvule mitrale, la valvule tricuspide, mais aussi les valvules des deux principales artères partant du cœur, l’artère pulmonaire et l’aorte. Comme dans le cas des dégénérescences valvulaires, des défauts d’étanchéité existent alors et la circulation du sang se fait mal.

La présence d’un shunt extra ou intra-cardiaque : un passage du sang est possible entre deux parties du cœur qui ne devraient normalement pas communiquer entre elles. C’est le cas, notamment, pour la maladie congénitale dénommée persistance du canal artériel : Un shunt entre l’artère pulmonaire et l’aorte résulte de la persistance anormale d’un canal qui se ferme normalement naturellement à la naissance du chiot. Ces anomalies génèrent des troubles de la circulation sanguine.

Les troubles du rythme cardiaque

La fréquence ou la régularité du rythme cardiaque sont alors modifiées. Les mécanismes et les causes de ces troubles sont très variés.

Diagnostic

Pour établir son diagnostic, votre vétérinaire s’appuiera d’abord sur les symptômes que vous lui décrirez et sur l’examen clinique qu’il va réaliser. L’auscultation au stéthoscope peut quelquefois suffire à orienter le diagnostic, notamment lorsqu’un « souffle » est audible. Un souffle cardiaque est signe que la circulation du sang dans le cœur ne se fait pas de façon correcte.
Des examens complémentaires s’avèrent très souvent nécessaires pour préciser le diagnostic : radiographies du thorax, électrocardiogramme ou encore échographie cardiaque…

Augmentation de taille du cœur observée sur une radiographie de chihuahua

Traitements

Les traitements à mettre en place lors de maladie cardiaque sont de plusieurs types

Médicamenteux

En fonction de la pathologie décelée, des traitements médicamenteux permettent d’aider le cœur à fonctionner le mieux possible en se fatiguant le moins possible. Ces traitements sont d’une aide précieuse, même s’ils ne permettent pas une guérison de la maladie cardiaque. Il s’agit, en général, d’un traitement quotidien à donner à vie. Ce traitement peut être complété par des médicaments diurétiques lorsque des signes d’œdème pulmonaire ont pu être décelés.
Un chien peut rester sous traitement plusieurs années sans que sa qualité de vie ne soit affectée.

 

Hygiénique

Comme chez les humains, l’hygiène de vie fait partie intégrante du traitement des maladies cardiaques.
D’une part, l’exercice physique n’est pas interdit mais doit être raisonnable. Modérez les efforts de votre chien car il ne le fera pas de lui-même : promenez-le en laisse, évitez les efforts violents, et ce d’autant plus aux heures les plus chaudes de la journée.
D’autre part, l’alimentation joue également un rôle important car elle peut permettre de soulager le travail du cœur. Des aliments spécifiques existent, parlez-en avec votre vétérinaire.

Chirurgical

Les progrès de la médecine vétérinaire rendent désormais possibles certaines interventions chirurgicales. La réparation de certaines malformations congénitales, ou de dégénérescences valvulaires, pourra vous être proposée avec des résultats qui peuvent être très intéressants.
Discutez de ces options et de leur pronostic avec votre vétérinaire.

 

Auteur : Dr Hélène Blondel. Illustratrice : Dr. Caroline Allard – Vetup®

Inscription à la Newsletter

* Champ requis