Êtes-vous incollable concernant les animaux ?

Que savez-vous des animaux ? Tout ? Vous souhaitez le vérifier ? Alors répondez à ce petit quiz qui vous permettra de tester vos connaissances et, qui sait, peut-être d’en apprendre davantage sur nos amis !

Le chat a plus de dents que le chien

VRAI /FAUX

Faux. Un chien adulte compte 42 dents alors qu’un chat adulte n’en a que 30 !
Le chat possède sur la mâchoire supérieure 6 incisives, 2 canines, 6 prémolaires et 2 molaires, et sur la mâchoire inférieure: 6 incisives, 2 canines, 4 prémolaires et 2 molaires.

Illustration tirée du site e-vds.vet

 

Le chien possède sur la mâchoire supérieure 6 incisives, 2 canines, 8 prémolaires et 4 molaires, et sur la mâchoire inférieure: 6 incisives, 2 canines, 8 prémolaires et 6 molaires.

Illustration tirée du site e-vds.vet

 

Et cela n’est rien en comparaison du requin qui peut posséder, selon son espèce, jusqu’à plus de 1000 dents réparties sur plusieurs rangées; dents qu’il renouvelle régulièrement !!!

Certains animaux peuvent changer de sexe au cours de leur vie

VRAI / FAUX

Vrai ! C’est le cas de certains poissons, comme le Mérou. Cet animal, d’abord femelle à la maturité sexuelle, devient, selon son âge ou sa taille, mâle et le restera au cours de son existence. On parle de protogynie (passage du sexe femelle au sexe mâle).

D’autres animaux, comme le poisson-clown, vont, à l’inverse, passer du sexe mâle au sexe femelle : le mâle dominant devient femelle pour remplacer la plus grosse pondeuse de la bande quand elle vient à disparaître. On parle alors de protandrie

Quand à l’escargot, il est hermaphrodite, c’est-à-dire qu’il possède à la fois des organes sexuels mâle et femelle !

Certains animaux ont besoin de manger leurs excréments !

VRAI / FAUX

Vrai. C’est le cas des animaux dits cæcotrophes.

Divers animaux comme le lapin, le cobaye, le chinchilla…, ne sont capables de digérer certains éléments de leur alimentation qu’après un double passage de ces éléments dans leur tube digestif. En effet, la cellulose des végétaux notamment, qui constitue une grosse partie de l’alimentation de ce type d’animaux, est difficilement décomposée en nutriments par leurs enzymes intestinales..

Le lapin et le cobaye ingèrent donc une première fois les aliments; la cellulose et d’autres composés peu digestibles vont transiter à travers l’intestin grêle puis être envoyés jusqu’au cæcum (la première partie du côlon ou gros intestin) où ils vont être décomposés par des bactéries en nouveaux nutriments (protéines, vitamines B, cellulose digestible). À la fin de ce premier passage dans le tube digestif, l’animal va produire des excréments appelés eux aussi cæcotrophes (il s’agit de petites crottes mais différentes des crottes normales : elles sont luisantes, humides et se présentent en grappes). Dès qu’il aura déféqué, l’animal va ingérer les cæcotrophes qu’il a émis. Ces cæcotrophes vont donc, à leur tour, transiter dans le tube digestif de l’animal.

Les éléments qui n’avaient pas pu être assimilés lors du premier passage dans l’intestin grêle sont devenus de nouveaux nutriments qui vont, cette fois, pouvoir être assimilés.

Les crottes émises après ce second passage dans le tube digestif sont, elles, bien dures et sèches (ce sont celles que vous pouvez retrouver dans l’environnement de l’animal, les cæcotrophes étant rarement retrouvés puisqu’ingérés directement)

La cataracte n’existe pas chez le chien

VRAI / FAUX

Faux. Comme chez l’humain, la vision du chien peut être altérée par la cataracte.

L’œil de tous les animaux contient une lentille appelée cristallin. Le cristallin est une lentille biconvexe constituée d’un gel transparent contenu dans une enveloppe elle même transparente. Cette lentille permet le phénomène d’accommodation, c’est-à-dire l’obtention d’une image nette quelle que soit la distance à laquelle se trouve un objet observé.

Coupe schématique de l’œil

 

La cataracte correspond à une opacification du cristallin qui doit normalement rester transparent (le gel perd sa transparence et prend une couleur blanchâtre).

Cette perte de transparence peut avoir plusieurs origines : l’âge (apparition le plus souvent vers 7-8 ans), certaines affections comme le diabète, un traumatisme, une infection, une affection héréditaire….

Les symptômes qui peuvent vous faire suspecter une cataracte sont :
Une modification de coloration de l’œil de votre animal. Son regard semble plus “nuageux”, bleuté voire opaque.

Un changement de comportement : l’animal semble plus calme, moins joueur voire reste prostré. En réalité il éprouve des difficultés pour se déplacer, ce d’autant plus que la luminosité est faible. Il bouge peu faute de capacités visuelles suffisantes.

Comme pour l’humain, si l’animal ne présente aucune contre-indication à l’intervention, une chirurgie est envisageable

N’hésitez pas à contacter votre vétérinaire si vous observez, chez votre animal, une modification de la coloration de l’un de ses yeux ou des signes évoquant une baisse de vision.

Les dents du lapin poussent en permanence

VRAI / FAUX

Vrai. Les dents du lapin sont dites hypsodontes, c’est-à-dire qu’elles poussent de façon continue pendant toute la vie de l’animal.

La croissance des dents est de 5 à 12 mm par mois. Cette croissance continue est compensée par une usure régulière : Les fibres apportées par le foin, les herbes, les carottes, les endives… favorisent une mastication longue et des mouvements latéraux de la mâchoire inférieure qui ont pour effet un limage des dents.

Il est donc très important de donner à un lapin une alimentation adaptée avec un apport en fibres suffisant. Une quantité insuffisante de fibres dans la ration alimentaire empêche une usure normale des dents qui deviennent trop longues et peuvent favoriser des troubles secondaires (malocclusion, abcès dentaire, anorexie…)

Il est recommandé d’effectuer un contrôle dentaire régulier pour ces animaux et de consulter un vétérinaire très rapidement si un lapin arrête de s’alimenter.

Le chien voit en noir et blanc

VRAI / FAUX

Faux. Le chien voit les couleurs sauf le rouge. Les objets rouges sont perçus en vert ou bleu ! On dit que le chien est dichromate. D’une façon générale, les couleurs qu’il voit sont plus ternes que celles que nous distinguons. En revanche, sa vision dans la pénombre est meilleure que la nôtre.
Sachez également que :

  • Le chien est myope : il voit bien ce qui est près de lui mais tout ce qui est éloigné de plus de 5 mètres lui apparaît flou. Cette myopie est plus ou moins marquée selon les races (le Berger allemand ou le Rottweiler sont très myopes, le Saluki l’est peu).
  • Le chien a une meilleure perception des mouvements que l’homme. Alors que nous percevons 20 images par seconde, lui en perçoit 50. Cette très bonne perception des mouvements explique pourquoi le chien est attiré par tous les objets ou les êtres en mouvement, une particularité bien utile pour un prédateur comme lui !
  • Son champ de vision est plus large que le nôtre (240° contre 180°).
    Il a une vision en relief plutôt bonne, ce qui lui sert beaucoup lorsqu’il chasse et qu’il veut attraper une proie. Par contre, il a du mal à apprécier les distances de façon précise.

Scène observée par un humain et même scène vue par un chien :

© Illustrations extraites du livre Zooptique de Guillaume Duprat aux éditions Seuil Jeunesse


Sources

Question 1

  1. e-VDS, Application de scoring dentaire
  2. Sharks mission France
  3. Image doc

Question 2

  1. Neree.eu (attention , non sécurisé)
  2. Liberation / Sciences

Question 3

  1. Le Nouveau Praticien Vétérinaire N°3

Question 4

  1. Anatomie de l’œil

Question 5

  1. Dentisterie du lapin 1
  2. Anomalies dentaires du lapin

Question 6

  1. Zooptique : livre de Guillaume Duprat aux éditions Seuil Jeunesse

Auteur et illustratrice : Dr. Caroline Allard – Vetup®

 

Mon animal se gratte (Article et vidéo)

Un chien ou un chat qui se gratte est souvent, à raison, une source d’inquiétude pour son maître. Le terme médical employé pour désigner de vives démangeaisons est le prurit. La vidéo qui vous est proposée évoque les causes les plus fréquentes de démangeaisons chez l’animal ainsi que les divers traitements possibles.

Le virus COVID-19 et nos animaux de compagnie

Un grand nombre d’informations nous sont proposées chaque jour concernant le virus Covid-19 et les conduites à tenir pour limiter sa propagation parmi la population. Peut-être avez-vous d’autres interrogations, notamment en ce qui concerne vos animaux de compagnie : peuvent-ils eux aussi être contaminés ? Comment se protéger ? Comment les protéger ? Voici quelques explications relatives au virus Covid-19 et les connaissances actuelles concernant ce virus et les animaux de compagnie.

Consultations différées ou maintenues ?

Petit guide pour savoir si oui ou non vous devez reporter votre rendez-vous

Actes devant être différés

  • Consultation rentrant dans le cadre d’un contrôle de bonne santé
  • Bilans de santé divers (ex : gériatrique), ou biologiques en vue de la détection d’une affection n’ayant pas encore exprimé de signes cliniques
  • Suivi périodique d’affection chronique lorsque l’animal est stable
  • Ovariectomie
  • Castration
  • Toute chirurgie de « convenance »
  • Détartrage sans affection bucco-dentaire grave
  • Détection de maladie héréditaire ou congénitale chez un animal asymptomatique
  • Affection ancienne ou chronique ne mettant en jeu ni l’espérance de vie ni le bien-être de l’animal

Actes ne pouvant pas être différés

  • Animal accidenté
  • Affections aiguës
  • Affections dont les répercussions à court et moyen voire long terme réduiront très sensiblement le confort et l’espérance de vie de l’animal
  • Gestion des populations à risque infectieux (refuges, fourrières, élevages)

Merci de votre compréhension.

La maladie de Carré (vidéo et article)

La Maladie de Carré est une maladie infectieuse causée par un paramyxovirus. Elle affecte principalement les chiens, les autres canidés (loups, renards…) et les mustélidés (furets, belettes…). Toutefois, des cas de cette maladie ont pu être observés dans d’autres types de populations d’animaux. L’article et la vidéo proposés abordent la Maladie de Carré chez les canidés mais évoquent également des cas de cette affection diagnostiqués parmi certaines populations d’animaux sauvages comme les lions de la réserve de Serengeti ou encore des baleines pilotes au large des côtes néo-zélandaises.